Lettre aux lecteurs de sagas

Au fur et à mesure de mes publications, j’ai eu droit à des discours de lecteurs assez tristes pour mes petits yeux/petites oreilles. Étant auteur de sagas, j’avoue que j’entends beaucoup de choses concernant les sagas et je m’en vois l’obligation de défendre ces mêmes sagas.

Il y a des discours qui font sourire, d’autres qui font grincer des dents. Écrire une saga, c’est offrir une histoire longue, que l’on suit sous forme d’épisodes/tomes. On entre dans un univers où chaque chose est davantage développée. On approfondit les détails sur les lieux, les personnages secondaires, l’évolution des sentiments et de l’intrigue.

Écrire une saga est plus fastidieux qu’un roman simple. Le scénario s’étend sur plusieurs tomes, donc sur un nombre de pages conséquent. La cohérence se joue sur l’ensemble des tomes, la régularité est bien plus rigoureuse pour ne pas perdre l’osmose de l’ensemble.

Aussi je souhaiterais répondre à certains discours que je vois passer….

Je comprends que le fait d’attendre entre chaque tome est agaçant. On perd le fil de l’histoire, on s’oblige à relire les tomes précédents. On est frustré d’être stoppé en pleine histoire. Oui, mais voilà, cette action entraîne des conséquences dont je vais vous en faire la liste. Ne pas acheter dès le 1er tome entraîne :

  • une baisse des ventes dès le 1er tome => un classement des ventes sur les plateformes mauvais => une mauvaise visibilité => une perte de salaire => une absence de goodies et de dédicaces en salon
  • un échec du T1 => une publication des autres tomes remise en question : les ME refuseront d’investir dans de nouveaux tomes si le 1er ne marche pas. Par conséquent, vous avez ensuite des séries stoppées, des collections qui disparaissent.
  • un échec du T1 => une perte de motivation de l’auteur à écrire ! Il ne faut pas se leurrer ! On avance en fonction des ventes et des retours ! Si personne ne suit derrière, la série peut aussi se stopper au niveau de l’auteur.
  • La disparition progressive des sagas : si les achats ne sont pas présents dès le début, peu d’auteurs s’aventureront à en écrire. Peu en éditeront !

Comment y remédier ?

Acheter le livre, même si vous ne le lisez pas dans l’immédiat ! Acheter, c’est soutenir l’auteur !

 Si cette question fait plaisir, elle peut aussi vite être source de stress ! Comme je le disais, écrire n’est pas une tâche mince à faire ! Cela demande beaucoup de travail, encore plus en autoédition. Par conséquent, l’attente n’est pas contre vous, mais pour donner le meilleur ! La moyenne des écrivains est de un livre par an, mais bien souvent, cela peut être plus ! En particulier pour les sagas !

George R. R. Martin écrit 3 pages par jour et a mis 15 ans pour écrire les 5 premiers tomes du Trône de fer ( Game of thrones )

J.K. Rowling a mis 7 ans pour publier son 1er tome de Harry Potter.

Un auteur de sagas est un être qui écrit des livres à attente longue ! C’est tout ! 

Il faut comprendre que tout ne peut arriver vite, sauf si tout est déjà écrit ! Mais si vous voulez cela, on ne se revoit alors que dans 5 ans ?

Que dire alors ?

Dites « Vivement la suite ! » plutôt.
Vous n’aurez pas de date en réponse si l’auteur lui-même ne sait pas combien de temps il va mettre pour écrire cette suite.

Vous êtes dans une saga . Une saga installe un univers  qui se fait, bien souvent, par des scènes du quotidien, de prime abord anodines, mais qui vont ensuite donner une profondeur à l’intrigue. Il y a plusieurs étapes dans la construction d’un livre ; pour la saga, ces étapes sont rallongées. C’est comme ça ! L’évolution des personnages suit une logique d’avancées et de recul dans les actions et les sentiments. On n’a pas tout, tout de suite. On n’est pas dans une histoire qui induit forcément de l’action. On peut aussi faire machine arrière. Donc oui, on peut stagner, tourner en rond, ne pas voir d’issues, car c’est le propre d’un développement long, à l’instar d’une série TV.

Comment les gérer ?

Bien souvent, ce qui peut paraître comme des longueurs peut avoir finalement du sens par la suite ! Ne lisez pas en diagonale ces passages ! Ils installent forcément quelque chose dans l’histoire !

Je dois dire que c’est le genre de remarques qui agacent , tout simplement parce qu’on peut avoir un plan établi, l’action d’écriture peut entraîner quand même des changements de dernières minutes et faire rallonger l’histoire. Il est très difficile de quantifier un nombre précis de tomes quand on part sur une longue histoire. On peut très vite dépasser ses premières estimations en ayant de nouvelles idées, un changement de scénario, l’arrivée d’une situation qui vient perturber ce qui était établi. L’important pour un écrivain de sagas est d’arriver à écrire tout ce qu’il a en tête sur son histoire.

Il y a une seconde donnée à prendre en compte : l’épaisseur du livre. Arrivé à un certain nombres de pages, l’auteur se voit obligé de scinder son livre en deux à cause des coût de livraison et des coûts d’impression. Il est plus difficile d’imprimer et vendre un gros pavé. C’est un fait. Les distributeurs et imprimeurs imposent un prix final au livre très important dès qu’on atteint les 500 pages pour les autoédités. Les lecteurs sont aussi plus enclin à payer en plusieurs fois des petites sommes qu’en une fois un 22 euros !

Que faut-il se dire ?

Plus c’est long, plus c’est bon ! On prolonge son plaisir de rester avec nos chouchous !

J’espère que ces réponses feront réfléchir sur ce que sont les sagas et leurs auteurs et les réactions à avoir  !

Jordane, t’arrive-t-il de lire des livres de personnes te le demandant, et de dire ce que tu en penses ?


Selon les semaines, j’ai souvent des messages privés concernant pas mal de questions sur le milieu de l’édition. Beaucoup s’essaient à l’écriture et viennent demander avis sur leur écrit. Et j’ai donc cette question qui ressort :

 

« Coucou ! Dis-moi, je voulais savoir s’il t’arrivait de lire des livres ou quelques chapitres de personnes te sollicitant, et de leur dire ce que tu en penses ? « 

Voici ma réponse…

Alors non ! Je ne le fais pas pour plusieurs raisons :

 

1/ Je ne lis pas de romance, ni de romans, que ce soit une ébauche ou un livre édité ; je n’ai pas le tps ! Je lis des mangas, plus simple et plus rapide pour moi et c’est mon univers, là d’où vient mon style.

 

2/ Avec l’expérience, j’ai appris qu’il ne fallait pas lire les collègues, car ça te retombe dessus ! Je suis assez intransigeante et cash, donc je dis ce que je pense et ça peut froisser. Or dans un milieu si fermé que le milieu de l’édition, les cancans vont bon train et on te catalogue vite ! À vrai dire, lire les autres m’énerve ! lol ! Je ne lis plus comme une lectrice maintenant, mais comme un auteur, donc j’ai tendance à décortiquer l’histoire comme le ferait un auteur : choix scénaristique, orthographe, etc et j’en viens à me dire « mais comment elle peut cartonner ainsi ? » si c’est mauvais ? Et en plus, je connais les trois quart du temps, l’auteur, donc ça ne m’aide pas ! ça va encore plus m’énerver de voir que j’ai un regard complètement à part de la majorité. Je suis assez critique en fait, donc si je devais chroniquer, je serai très mal vu, je pense ! Je ne fais sans doute pas mieux à mon niveau, mais rien qu’en lisant certains extraits postés sur le fil d’actualité, je lève les yeux donc… J’évite les risques d’accrochages !

 

3/ Même la bêta lecture, je ne fais pas ! L’adage trop bon, trop con, j’ai donné ! Je fais également payer maintenant mes prestations infographiques pour éviter tout abus ! Les bêtas que j’ai, je les ai même choisi en fonction d’un critère : celui de savoir qu’elles n’écriraient jamais de leur côté ! Il n’y a rien de pire que d’être volé ou trahi ! Là, j’évite les possibilités encore une fois !

 

4/ Pour ne pas avoir à entendre, « tiens, Jordane a pompé sur tel auteur ! » ou tout simplement pour ne pas lire chez l’autre un truc qui figure sur mon texte en cours et qui m’obligerait à tout refaire par acquit de conscience !

 

Bref ! Vous l’aurez compris, je pratique l’adage : « on est bien mieux dans sa caverne ! ». Le milieu de l’édition est un milieu de faux-semblants. Il ne faut pas croire ce qu’on veut croire, mais bien analyser les gens. J’ai eu des déceptions. L’arrivisme est une pratique courante pour piétiner ensuite et se prétendre number one. Toute cette dynamique ne m’intéresse pas et je préfère éviter toute hypocrisie parce qu’il faut bien se faire voir pour vendre, je préfère donc ne rien faire !
Par contre, quand une collègue galère sur une phrase, un résumé de 4eme de couv, ou me demande avis sur une couv, je lui donne mon avis. Je conseille sur l’écriture et l’édition également.