JTV5 – Extrait 1

Tout beau, tout chaud, sans correction ! Ce matin, j'ai bien écrit. Je suis enfin rentrée dans l'histoire. Je me suis enfin retrouvée dans mon élément. On positive !

゚・。+☆+。・゚・。+☆+。・゚・。+☆+。・゚・。+☆+。・゚・。+☆+。・゚

— On va couper des morceaux de bois assez gros que l'on va poser derrière la roue embourbée. Toi, tu vas te mettre derrière la voiture, monter sur le pare-choc et faire un système de balancier de haut en bas en poussant avec tes jambes pour donner une impulsion qui aidera la roue à monter sur les branches et rouler dessus pour sortir du trou. As-tu compris ?

— Et toi, tu accélères ? C'est ça ?

— C'est ça.

Kaya examina la voiture et s'imagina quelques secondes le plan d'Ethan dans sa tête.

— OK. Allons-y.

Tous deux commencèrent à casser des branches suffisamment grosses et longues pour qu'elles ne rompent pas et ne s'enfoncent dans la boue. Ethan ouvrit également la bâche pour que Kaya puisse s'accrocher au coffre. Une fois les quelques branches alignées les unes derrière les autres à côté de la roue embourbée, chacun se mit en place. Ethan jeta un coup d'œil à son rétroviseur extérieur pour vérifier que Kaya avait bien grimpé sur le pare-choc du pickup et qu'elle était prête.

— J'y vais ! lui cria-t-il.

Il accéléra alors doucement. La roue patina.

— Balance ! Plus fort !

— Je fais ce que je peux ! lui répondit-elle tout en forçant sur ses cuisses pour mettre tout son poids vers le bas, les mains sur le coffre.

Le pickup commence à tanguer de haut en bas. La roue continua à patiner, jetant en arrière de la boue. Puis, soudain, la roue agrippa la première branche, ensuite roula sur la seconde et la troisième. Bientôt, la voiture recula et s'extirpa de la boue. Rapidement, Ethan sortit de la voiture pour constater l'état du véhicule alors que Kaya descendit du pare-choc.

— On a réussi ! s'exclama-t-il.

— Oui, on a réussi.

La joie d'Ethan disparut lorsqu'il vit la boue sur le visage de Kaya et sur ses vêtements.

Aïe ! Ça va être ma fête !

— Ethan Abberline, je te déteste ! Je te déteste ! JE TE DÉTESTE ! Mais pourquoi suis-je venue ici ? Pourquoi ? Mais pour suivre un… un… UN CRÉTIN AVEC DES PLANS À DEUX BALLES ! Je… je savais que ça allait me retomber dessus. ÇA ME RETOMBE TOUJOURS DESSUS AVEC LUI !

Ethan l'observa s'époumoner en silence.

Crétin ? Tiens ? Elle n'a pas dit "connard" ?

— Non mais regarde-moi ! Regarde dans quel état je suis ! Tu jubiles, n'est-ce pas ? Tu as une belle vengeance ? Un point dans ton camp ? C'est ça ? Tu l'as fait exprès ! Avoue ! Connard !

Ah ? le voilà !

— Je suis méchante et tu te venges ? Je ne réponds pas à tes objectifs et je le paie ? Va en enfer ! Console-toi tout seul !

Ethan ne put s'empêcher de pouffer en la voyant le maudire de la sorte. Plus elle s'agaçait, plus il finissait par en rire. Un rire qu'il n'arrivait plus à contrôler dès qu'il s'attardait sur la boue qui recouvrait son corps. Il la trouvait ainsi aussi charmante que fidèle à elle-même et à eux. Il s'avança alors vers elle et ne put se retenir de lui attraper le visage et l'embrasser. Tant pis pour la boue ! Tant pis pour l'engueulade d'il y a quelques minutes à l'intérieur du pickup ! Tant pis pour la souffrance latente ! Il avait besoin de réduire le fossé qui venait de se creuser entre eux. Il avait besoin de temporiser, de retrouver leur douceur. Il avait juste besoin d'elle. Ses véhémences étaient finalement un baume qu'il était content de sentir sur lui. Même leurs chamailleries n'avaient plus le même sens qu'avant. Elles étaient devenues un moyen de renverser la vapeur, de se soulager la conscience et d'exorciser tout ce qui n'arrivait pas à sortir lors de leurs vraies disputes.

Kaya resta figée, le temps de réaliser ce qu'il venait de faire. Lorsqu'il retira ses lèvres des siennes, toute sa haine contre lui avait disparu. Elle ne savait plus quoi dire. Ethan lui sourit gentiment et tenta de lui essuyer le visage. Il grimaça ensuite en voyant qu'il l'étalait plus qu'il ne l'enlevait.

— Je t'offre un soin d'esthéticienne bio et tu n'es même pas contente ! lui murmura-t-il tout en continuant à lui caresser la joue.

— Parfois, il m'arrive de rêver de devenir un homme, juste pour pouvoir te casser la gueule !

Ethan eut un mouvement de recul de la tête devant cet aveu puis se contenta de sourire.

— Jamais je ne rêverais de devenir une femme ! Mon Dieu ! Le cauchemar ! Entre les crises d'hystérie, les ragnagnas et sautes d'humeur, les " Moi, je suis pour l'amour éternel !" et les "Oh ! Mon chéri, je suis toujours la plus belle à tes yeux ?"… Quelle vie de merde !

Kaya grimaça devant sa parodie peu flatteuse de la gent féminine, puis finalement se mit à rire en l'imaginant en femme.

— C'est sûr ! Tu serais la pire connasse au monde avec les hommes !

Table of Contents

    Avez-vous apprécié cet article ?
    •  
    •  
    •  
    •  
    •  
    •  
    •  

    Laisser un commentaire

    Votre adresse de messagerie ne sera pas publiée. Les champs obligatoires sont indiqués avec *

    17 − 13 =